Le classement de ligue 1 non officiel mis à jour

S’il fallait retenir une chose de ce classement :
Caen devrait marquer plus de buts : 14,9 expected goals contre 9 réellement marqués => Ivan Santini aurait dû marquer 6,22 buts, il en a marqué seulement 3…

 

 

 

Publicités

Comment regarder jouer Mbengue ?

L’objectif de cet article est de donner, à vous comme à moi, une grille de lecture permettant de voir jouer Mbengue tel qu’il est, avec ses forces et ses faiblesses en toute objectivité et de confirmer ou d’infirmer mon ressenti.

L’idée que j’essaie de porter par l’intermédiaire de ce blog est de produire de l’information factuelle sur les performances du Stade Malherbe afin que le lecteur s’imprègne du sujet exposé pour en tirer quelque chose. Je ne veux pas être un commentateur supplémentaire donnant son opinion.

Depuis que je m’amuse à décortiquer les matchs du SMC, je regarde différemment les matchs. J’analyse leur identité de jeu, leurs fondamentaux, les profils des joueurs… Et désormais pendant un match de Malherbe, je ne m’ennuie plus !

En particulier dans l’évaluation des performances des joueurs. Je regarde s’ils sont en phase avec leurs points forts, leurs points faibles, leur positionnement… Et assez vite, je repère les incohérences qui le plus souvent sont des facteurs de contre-performance.

Il y a un joueur qui attire ma curiosité en ce début de saison, c’est la nouvelle recrue Adama Mbengue. Après m’avoir impressionné lors de ses deux premiers matchs par son dynamisme sur son côté gauche, ses dernières sorties m’ont rendu plus sévère sur ses performances.

L’objectif de cet article est de donner, à vous comme à moi, une grille de lecture permettant de voir jouer Mbengue tel qu’il est, avec ses forces et ses faiblesses en toute objectivité et de confirmer ou d’infirmer mon ressenti.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tenais à remercier @MalherbePlanete pour ses infographies et @MrMenou pour ses conseils avisés. Un grand merci !

Son rôle 

Adama Mbengue a été formé au poste de milieu. Et comme beaucoup avant lui, il est en train de se convertir en latéral.

L’évolution moderne du poste de latéral conduit de nombreux entraineurs à convertir des footballeurs qui n’ont pas reçu de formation initiale spécifique. Evra, Lizarazu, Vincent Bessat étaient dans le même cas.

Les latéraux doivent aujourd’hui savoir défendre mais pas uniquement. Un rôle plus offensif leur est assigné suite à la disparition des ailiers, ces derniers ayant disparus au profit d’une volonté de densifier l’axe du terrain.

Les latéraux doivent désormais surprendre l’adversaire en attaquant avec vitesse et venir créer une supériorité numérique.

Dans le plan de jeu Malherbiste, Mbengue suit cette trajectoire avec un positionnement haut sur le terrain :

1

A noter que Guilbert est également positionné haut quoique légèrement en retrait.

Son placement est facilité par la ligne de touche, il est rectiligne :

2

On pourrait parler de mangeur de craie dans la plupart des matchs. Nous sommes très loin des consignes données par Pep Guardiola à ses latéraux (époque Bayern) qui n’hésitent pas à repiquer dans l’axe. Sur les huit matchs analysés, deux exceptions sont identifiées avec les rencontres contre Amiens et Monaco.

Il bénéficie d’un volume athlétique suffisant pour endosser ce rôle et touche d’ailleurs plus de ballons que son coéquipier latéral droit : 70 ballons en moyenne par 90 minutes contre 62.

Le jeu malherbiste ballons aux pieds offre une très grande place aux latéraux :

3

Les trois joueurs caennais touchant le plus de ballons sont par ordre décroissant : Mbengue avec 70 ballons, Féret avec 69 et Guilbert avec 62.

Retrouver Mbengue et Féret n’est pas incohérent avec le jeu caennais qui penche côté gauche depuis le début de la saison avec 41% des ballons touchés (fait identique avec la saison dernière et Vincent Bessat) :

4

Seul Troyes affiche un déséquilibre encore plus important avec 45% de ballons touchés côté gauche.

Ses performances offensives

A la différence d’un milieu, Mbengue part d’un peu plus bas et fournit un grand nombre de centres depuis la ligne de touche : 3,9 centres tentés par 90 minutes. Son taux de réussite est de 26% :

 1

La moyenne de ligue 1 pour les latéraux est de 2,7 centres. Sans surprise, on retrouve les latéraux caennais au-dessus de la moyenne car le plan de jeu caennais est basé sur un grand nombre de centres. Le taux de réussite de Mbengue est bon avec un taux supérieur à la moyenne (18%).  Patrice Garande doit être très heureux de ces stats. Guilbert en revanche touche moins souvent sa cible.

Comme vous le savez, le plan de jeu du Stade Malherbe composé d’un très gros nombre de centres est très discutable car qualitativement les situations de tirs créées ont très peu de probabilité d’aboutir à un but (cf. article est-ce rentable de centrer).Malherbe totalise 136 passes clés (passes ayant abouti à un tir) dont 42 provenaient d’un centre soit 31%. Ces centres ont abouti a seulement une seule passe décisive.

Le volume de passes et le taux de passes réussies de Mbengue sont très faibles :

2 

30 passes pour 65% de réussite. Il est l’avant dernier de la classe (les centres ne sont pas compris dans ce comptage).

Pour aller plus loin dans l’analyse, regardons désormais la répartition entre passes longues et passes courtes, entre passes à plus de 25 mètres et à moins de 25 mètres :

3

Mbengue tente beaucoup de passes longues et enregistre beaucoup de déchets avec 6,4 passes pour 25% de réussite. On remarque que de nombreux joueurs sont dans ce cas : au-delà de 4 passes longues tentées, le taux de réussite est en-dessous des 45%.

Mais que dire des passes courtes !

4

23,9% pour 76% de réussite ! Il est avant-dernier de ce classement. Guilbert fait légèrement mieux avec 80%.

Comment expliquer ces déchets pour les latéraux caennais ? J’ai (de nouveau) consulté les stats de chacun des matchs de Mbengue et une des hypothèses peut être le nombre important de passes vers l’avant et ceux dans chacune des zones du terrain y compris dans les 30 derniers mètres adverses.

Le style de jeu caennais est un jeu direct avec des passes vers l’avant. Le SMC ne revient que très rarement en arrière. Même si la défense adverse est en place, les joueurs préfèrent tenter une passe vers l’avant risquée plutôt que de patienter et revenir en arrière pour lancer une attaque placée.

Comme autre hypothèse émise à confirmer lors du prochain match, c’est peut être l’absence de choix multiples de destinataires des passes. En d’autres termes, est-ce que les coéquipiers de Mbengue et Guilbert proposent des solutions peu risquées ?

Ces éléments pourraient expliquer la moyenne de passes consécutives très faible (rarement au-dessus de trois), ainsi que le temps par possession très court et de facto un taux de réussite de passes courtes très bas. Les joueurs cherchent la verticalité, ce qui signifie une prise de risques, un taux de passes réussies bas.

J’ai comparé pour les mêmes matchs, la structuration des passes de Guilbert. Il obéit aux mêmes règles : peu de passes en arrière, beaucoup de passes en avant. Pourtant il présente un taux de réussite plus important de 4 points ce qui montre que Mbengue doit progresser car sa qualité de passe courte est à améliorer indépendamment du style de jeu.

Un autre moyen de progresser dans cette catégorie, serait de modifier l’identité de jeu caennaise en demandant un peu plus de patience aux joueurs. Est-ce que Caen serait plus performant en étant moins jusqu’auboutiste dans son jeu direct ? La question est posée.

Le jeu ultra direct est justifié dans un jeu de transition pour pouvoir profiter des déséquilibres adverses. Ça l’est moins lorsque la défense adverse est en place. Le curseur doit être au bon endroit. Le processus de décision du joueur doit prendre en compte ces données.

Malgré cette faiblesse, Mbengue est un joueur agréable à regarder et spectaculaire. Il tente 3,4 dribbles par match ! Seuls Ferland Mendy de l’OL et Kenny Lala de Strasbourg tentent plus de dribbles. Le taux de réussite du joueur caennais est de 62% de réussite ce qui est dans la moyenne.

5

Au regard de tous ces indicateurs, sa propension à mener des actions offensives est donc indéniable.

Sa valeur ajoutée offensive est bonne avec une contribution aux expected goals de 0,19 (ce sont le nombre de buts qu’un joueur ou une équipe aurait dû marquer — ou encaisser — selon les probabilités sur une période donnée) : 0,02 expected goals + 0,17 expected assists. Il est au dixième rang parmi les latéraux. A titre de comparaison, la contribution aux xG de Guilbert est de zéro.

La réussite n’est pas encore au rendez-vous. Mbengue s’active beaucoup mais ne totalise pas encore de passe décisive. Le meilleur reste à venir ?

Ses performances défensives

Côté défense, pour juger du volume, je me suis intéressé aux actions défensives suivantes : tacles tentés, interceptions et ballons contrés et l’on observe qu’il est un très gros tacleur.

lCJR4t99

PRMbkKZr

Mbengue est de nouveau en tête de ce classement côté caennais avec 9,3 actions défensives : 5,3 tacles, 1,9 interceptions et 1,7 ballons contrés. Guilbert est très proche de ce niveau.

Si on se réfère aux autres joueurs de ligue 1 :

6

Mbengue se classe troisième derrière Rafael de l’OL et Aguilar de Montpellier. Pour l’anecdote, le dernier de ce classement est Patrice Evra.

Si on relativise ces données en fonction de la possession adverse (le volume des actions défensives est forcément moindre lorsque l’on joue au PSG puisque la possession du ballon est extrémement forte ; j’ai relativisé les données en fonction de la possession de chaque équipe pour les rendre comparable ; grosso modo un produit en croix pour arriver à des actions défensives comme si chaque équipe possédait le ballon à hauteur de 50%), on obtient :

7

Dans ce cas, Dani Alves du PSG est premier ce qui signifie que le pressing parisien est intense. Mbengue est cinquième. Son volume défensif est bel et bien impressionnant.

Si on se concentre sur les tacles, l’impression est identique :

8

Mbengue est au-dessus de la moyenne avec 5,3 tacles tentés par match pour 4,1 réussis soit 77% des tacles réussis. Il est très proche d’Alves.

Le volume athlétique de Mbengue est clairement très bon mais c’est insuffisant pour acter qu’il est un très bon défenseur.

D’autres paramètres sont à prendre en ligne de compte pour notamment juger de sa perméabilité aux actions adverses. Ainsi 40,5% des actions adverses se produisent de son côté sur les 8 matchs auxquels il a participé. La moyenne en ligue 1 est de 38,7%. Ce chiffre est à opposer aux 41% d’action caennaise qui se produise également de son côté.

Il est logique qu’une équipe qui attaque de manière plus prononcée côté gauche, s’expose à des actions adverses en plus grand nombre de ce même côté car l’adversaire va profiter du déséquilibre notamment dans un jeu de transition après avoir récupéré le ballon.

Surtout lorsque l’on sait que Mbengue perd un très grand nombre de ballons. Il rend un nombre trop important de ballons avec des pertes évitables :

9

Il est hélas largement en tête de ce classement avec 4,2 pertes de balles : 2,4 contrôles ratés et 1,8 ballons dépossédés !

Mbengue a encore des efforts à faire.

Je commence à penser que les équipes adverses ont clairement identifiés Mbengue comme maillon faible de la défense caennaise. Lorsque que l’on regarde à la vidéo ses matchs, Mbengue est pris à défaut de trop nombreuses fois par un placement inapproprié.

1er cas à Lille avec un mauvais alignement car Mbengue se croit dernier défenseur :

IMG_2460

2ème cas de mauvais alignement à Monaco :

IMG_2462

Vous aurez remarqué qu’Adama tente d’aider l’arbitre assistant dans son rôle en levant le bras lors des deux précédents cas mais hélas il n’est pas joueur de l’OL

3ème cas sur le deuxième but face à Marseille. Thauvin file dans le dos de Mbengue pour marquer :

7

4ème cas toujours face à Marseille :

7

5ème cas face à Metz où Mbengue est en retard alors que le ballon est côté opposé :

IMG_2463

6ème cas Mbengue se retrouve très souvent en difficulté en position de dernier défenseur comme ci-dessous :

IMG_2464

7ème cas, le ballon est de son côté, il n’y a pas de situation de surnombre, ses coéquipiers sont en place, la probabilité que son adversaire soit destinataire de la passe est très forte pourtant Mbengue est loin de son adversaire. Cette action rennaise aboutira sur une action chaude, un tir heureusement non cadré et un recadrage explicite d’un coéquipier :

IMG_2465

En réalisant ce petit montage, j’ai été surpris du grand nombre d’actions défensives suspectes pour Mbengue. A titre de comparaison, je n’ai trouvé qu’une seule action chaude où Guilbert a été pris à défaut.

Tactiquement, il n’a pas encore acquis les bons réflexes de positionnement face à son adversaire direct et la couverture et la complicité avec ses coéquipiers peuvent poser question.

Avec des velléités d’attaque, un latéral ne doit pas être aspiré par le haut et il doit être conscient que le danger est de laisser de l’espace dans le dos. Le timing est la clef. Mbengue doit être conscient des points forts de ses équipiers et estimer s’ils peuvent couvrir l’espace que l’on ouvre en se joignant à l’attaque.

Les milieux défensifs doivent naturellement couvrir les espaces. Sauf que son coéquipier le plus proche n’est pas un milieu défensif. Julien Féret endosse le rôle d’animateur ; il a été autrefois un milieu défensif mais il n’est plus ce joueur (les cherbourgeois se souviendront). Il est très peu productif en termes d’actions défensives. Devant Mbengue, Repas n’est pas non plus d’une grande aide.

D’une manière générale, le couple Bennasser-Guilbert fonctionne mieux pour deux raisons :

  • Bennasser joue plus bas que Féret
  • Guilbert est un bon défenseur

Une solution au problème de couverture de Mbengue serait d’inverser Bennasser et Féret sachant que tous les deux sont droitiers.

Le seul match où un équilibre a semblé été trouvé est le match contre Metz. Mbengue et Guilbert ont pu toucher un très nombre de ballons haut sur le terrain avec lune compensation des montées des latéraux réalisées par Avounou et Kouakou.

8

J’aimerais fortement revoir ces titularisations pour valider cette théorie.

Le risque observé (c’était déjà le cas avec Vincent Bessat) pour Mbengue est donc de ne pas être pris à défaut défensivement que ce soit par des lacunes défensives  soit par des lacunes tactiques (timing des montées par exemple).

Les latéraux sont de moins en moins jugés sur les duels gagnés et les observateurs se concentrent sur la plus-value offensive car les joueurs tels Daniel Alves sont devenus les profils types. Mais ce que l’on oublie c’est que Daniel Alves est également un excellent défenseur comme vu un peu plus haut.

Un équilibre doit être trouvé entre de très bonnes qualités défensives et de très bonnes qualités offensives.

Mbengue a également tendance à commettre beaucoup de fautes : 2,1 fautes par 90 minutes (4è rang parmi les latéraux de ligue 1) et 1 carton rouge :

8

0,9 de ces fautes par 90 minutes sont réalisées dans les 30 mètres défensifs. A surveiller.

Ce qu’il faut retenir :

Mbengue a des qualités athlétiques au-dessus de la norme. Il a un grand volume défensif et aussi offensif.

Le poste de latéral lui va à ravir car il peut ainsi partir de plus bas et apporter le surnombre à très grande vitesse en n’hésitant pas à dribbler son adversaire.

Des lacunes défensives et techniques sont identifiées et il doit les corriger. Son positionnement défensif peut faire défaut, sa qualité de passe est médiocre et il perd anormalement des ballons.

Le Stade Malherbe dispose de latéraux différents. Côté gauche, un latéral athlétique prenant des risques et côté droit, un latéral défensif prudent qui mettra rarement son équipe en difficulté par ses montées.

En résumé, ses forces sont proportionnelles à ses faiblesses. Il a un fort potentiel avec un gros volume de jeu, mais ses lacunes techniques et tactiques influencent négativement le jeu offensif et défensif du Stade Malherbe.

Tableau forces//axes d’améliorations :

 

Forces

Indicateurs Résultat
Gros volume d’actions défensives tacles, interceptions ballons contrés 9,3 actions défensives
Respecte l’identité de jeu caennaise beaucoup de centres avec un taux de réussite suffisant 3,9 centres pour 26% de réussite
Tente l’effacement individuel grand nombre de dribbles et bon taux de réussite 3,64 dribbles pour 64% de réussite
Bonne contribution aux actions offensives contribution aux expected goals 0,19 xG
Axes d’améliorations Indicateurs Résultat
Son positionnement défensif vidéo beaucoup d’actions suspectes avec une couverture douteuse
Beaucoup de ballons rendus nombre important de contrôles ratés et ballons dépossédés 2,4 et 1,8 ballons perdus
Est agressif beaucoup trop de fautes 2,1 fautes
Attention à l’individualisme : nombre de dribbles importants grand nombre de dribbles 3,64 dribbles
Réussit peu de passes grand nombre de ballons long avec peu de réussite
peu de passes courtes réussies

6,4 passes longues
76% de réussite sur les passes courtes

J’espère que la lecture de cet article vous a plu et que durant le prochain match, vous penserez à @statmalherbe lorsque Mbengue déclenchera une offensive, réussira un centre, ratera une passe courte vers l’avant dans les 30 derniers mètres, manquera un contrôle, se fera piéger par l’appel d’un adversaire dans son dos, dribblera son adversaire ou encore taclera ses adversaires un grand nombre de fois.

Si tel est le cas, mes soirées sacrifiées n’auront pas été vaines !

Sources :

Whoscored.com // understat // Sofascore // Cotestats.fr // Comment regarder un match de foot // sofoot

 

 

SMC Facts J12 : vs Marseille

Faire esprit de synthèse lorsque l’on perd 5 buts à rien, ce n’est pas aisé en termes de statistiques car tous les voyants caennais sont évidemment au rouge.

J’aurai pu faire la longue liste de tous les compartiments de jeux où rien n’a été mais cela aurait été une perte de temps.

Et étant donné que depuis 24h, tous les yeux sont focalisés sur le changement de dispositif tactique de Patrice Garande, j’ai moi aussi voulu me forger ma propre opinion sur l’opportunité d’un tel changement. Cette opinion est évidemment basée sur les statistiques qui comptent (stats that matter !).

Le 3-5-2 : l’échec des latéraux

Le 3-5-2 cristallisent toutes les critiques : mauvais choix de l’entraineur et/ou mauvaise application des consignes par les joueurs.

Ce qui est certain c’est que ce dispositif est le plus exigeant à mettre en place et qu’il ne s’improvise pas, notamment car il est très peu répandu en catégorie de jeunes.

Lorsque l’on observe le positionnement moyen des joueurs, on observe de manière synoptique le manque de cohérence et les grands déséquilibres.

pos

  • Les attaquants sont très près des milieux ;
  • Santini est très bas ;
  • La ligne de quatre joueurs au milieu est respectée afin de couvrir toute la largeur. Dans un 3-5-2, les milieux axiaux doivent être solides défensivement. Est-ce leur profil ?
  • Les deux latéraux sont très éloignés des trois défenseurs centraux ce qui peut créer des zones moins bien couvertes dans le dos de Mbengue et Guilbert.

Dans un 3-5-2, le rôle des latéraux est primordial. Physiquement et tactiquement, ils doivent être au top. MBengue et Guilbert ne l’ont pas été :

  • Guilbert s’est fait dribblé 5 fois (record cette saison), a totalisé 6 actions défensives (très peu au regard de la possession adverse), 5 pertes de balles anormales (dépossédé et contrôles ratés), 1% de passes réussies ;
  • Mbengue s’est fait dribblé 3 fois, a totalisé 3 actions défensives, 4 pertes de balles anormales, 50% de passes réussies.

Le faible volume d’actions défensives pose question individuellement mais aussi collectivement. L’équipe a totalisé 92 actions défensives (tacles tentés, interceptions, ballons contrés, fautes commises) pour 556 passes adverses soit un ratio PPDA de 6. La moyenne observée depuis le début de saison est de 6 mais au regard du plan de jeu initial,  le 3-5-2 doit permettre un haut niveau de pressing, nous sommes loin du compte.

Les duos adverses formés par Thauvin-Sakai et Ocampos-Amavi ont causés énormément de dégats.

Normalement les compensations de Da Silva et Diomande auraient dû être opérantes, ce qui n’a pas été le cas notamment dans les situations de surnombre comme sur le premier but :

sur1

Ou un replacement inexistant comme sur le deuxième but, Thauvin se déplaçant vers la zone libre

sur2

Dans le 3-5-2, les latéraux peuvent se projeter rapidement vers l’avant ce qu’a voulu certainement faire ces derniers. Mais Caen a été incapable de construire ses actions et a trop subi.

La moyenne de passes consécutives est de 2… Le total de passes est de 213 contre une moyenne de 376 sur les 11 premiers matchs de la saison. 37 pertes de balles anormales comptabilisées.

Alors quelle leçon tirée de cette cuisante défaite : le 3-5-2 n’est pas compatible avec le jeu direct de Malherbe où les séquences de jeu sont très courtes, basées sur des passes longues. Le 3-5-2 vise à rationnaliser la possession.

Rationaliser 28% de possession de balles, c’est un non sens.

Sources :

Whoscored.com

Sofascore

https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Charmes-et-dangers-du-3-5-2-le-schema-tactique-qui-a-plombe-le-psg/652792

Comment regarder un match de foot, Dé-ménageurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pertes de balles anormales du Stade Malherbe

Sur les 5 défaites du Stade Malherbe cette saison, les pertes de balles ont été trop importantes. Patrice Garande évoque (trop) souvent les déchets techniques de son équipe y compris lors des victoires (encore face à Troyes).

On résume trop souvent ces déchets au taux de passes réussies.

Cet indicateur est un mauvais indicateur pour juger des déchets techniques d’une équipe car il est à relativiser des prises de risques prises par les joueurs et notamment du nombre de passes tentées vers l’avant ou dans les trente derniers mètres. Car finalement ces pertes de balles sont normales car issues d’un mouvement d’attaque visant à prendre le dessus sur l’adversaire.

Lorsqu’on étudie les 11 premiers matchs, aucune corrélation entre taux de passes réussies et bonne performance n’est avérée.

Malherbe peut gagner et perdre avec un taux de passe très faible ou moyen ou très élevé. Son taux moyen sur les onze premières journées est de 74%, le plus souvent compris entre 71% et 76%.

art1

La suite de cet article vient prouver que nous nous intéressons à tort au ce seul critère pour jauger les déchets techniques d’une équipe.

Il y a d’autres moyens de mesurer les pertes de balles avec les pertes de balles anormales.

 On observe deux types de pertes de balles anormales :

  • les ballons dépossédés où un joueurs est chargé ou taclé par un adversaire sans avoir tenté de le dribbler
  • les ballons rendus suite à une erreur ou à un mauvais contrôle.

 Ces ballons perdus, issus d’une mauvaise manœuvre du ballon, sont un facteur de contre-performance important pour le Stade Malherbe :

  •  Lors de 4 défaites du SMC (qui en compte 5), les joueurs caennais ont perdu plus de 30 ballons.
  • Lors de 5 victoires du SMC (qui en compte 6), les joueurs caennais ont perdu moins de 30 ballons.

 art2

En clair, si le stade Malherbe veut gagner, il doit combattre ces pertes de ballons indépendamment de la justesse des passes car ces actions individuelles non conformes entrainent un nombre moins important d’actions offensives et réciproquement des possibilités supplémentaires données à l’adversaire pour mener une offensive.

Qui est concerné par ces pertes de balles ?

333 pertes de balles ont été comptabilisées depuis le début de la saison : 153 dépossédés et 180 contrôles ratés.

Le classement individuel des pertes de balles :

cal

Ces pertes de balles sont à mettre bien sûr en lien avec le type de postes occupés. On excuse facilement par exemple Ivan Santini qui subit une pression bien plus grande que Rémy Vercoutre.

Mais on excuse surement moins d’autres joueurs comme Kouakou, Repas ou Bazile. Ces derniers prennent surement plus de risques que d’autres mais l’impact de la prise de risque sur l’indicateur des pertes de balles est faible au regard de ce qu’il mesure (perte de balle sans dribble ou après un mauvais contrôle). Repas et Kouajou perdent un ballons anormalement tous les 7 ballons touchés !

Quant à N’Kololo, ses 6 pertes de balles en 65 minutes ne plaident pas pour lui.

On voit également l’apport technique de Bennasser avec seulement 1,8 perte de balle par 90 minutes soit une perte de balle anormale tous les 33 ballons touchés. Waouh.

Quelles solutions ?

J’imagine plusieurs actions correctives :

  • Sensibiliser les joueurs sur l’impact direct de leurs pertes de balles sur le résultat de la rencontre
  • Travailler spécifiquement à l’entraînement
  • Rationnaliser les choix de joueurs avant et pendant une rencontre en tenant compte des lignes de stats individuels
  • La prospection de nouveaux joueurs devra intégrer ces données

Sources : whoscored.com

SMC facts // J11 : v Troyes

On innove pour cette journée avec du fact checking pour mettre en exergue les faits saillants du match face à Troyes :

  • Caen a beaucoup tiré
  • Caen a beaucoup tiré de loin
  • Caen a beaucoup centré
  • Caen a usé de ballons longs
  • Un bloc équipe très haut avec Santini en pivot
  • Vercoutre a été très bon

1/ Caen a beaucoup tiré

Caen a frappé 16 fois ce qui est assez élevé au regard de ses standards depuis le début de saison :

tirGraphique boîte à moustaches : Il s’agit de tracer un rectangle allant du premier quartile au troisième quartile et coupé par la médiane. Ici, la distribution des frappes pour chacun des matchs du SMC

2/ Caen a beaucoup tiré de loin

Qualitativement, ses frappes étaient peu dangereuses : 0,59 expected goals en 90 minutes soit 0,037 xG par tirs. C’est très faible.

xg

C’est une des plus mauvaises performances du SMC cette saison. Cela provient du nombre important de frappes de l’extérieur de la surface : 9.

fra

La frappe de Rodelin a fait mouche. Parmi les neuf, c’était la plus proche du but. Est-ce que toutes les autres étaient justifiées ?

3/ Caen a beaucoup centré

Comme d’habitude. 31 centres :

centrescentres

A la différence des 10 précédents matchs, Malherbe a joué plutôt côté droit : 39,1% des ballons contre 36,7% côté gauche. Guilbert a apprécié (je pense).

4/ Caen a usé de ballons longs

18% de ballons longs. C’est important en ligue 1 et dans la moyenne pour Caen.

5/ Un bloc équipe très haut avec Santini en pivot

  • Un bloc plus haut que d’habitude
  • Bazile, Rodelin, et Repas ont touché leurs ballons plus haut que Santini
  • Beaucoup de joueurs proches de Santini  et on l’a vu sur le but

Patrice Garande : « Ce but me fait plaisir car il concrétise l’idée de rapprocher Ronny de Santini à la pointe du 4-4-2. C’est pour qu’il y ait des relations fructueuses. »

5/ Vercoutre a été très bon

3 arrêts pour Vercoutre mais surtout 1,14 expected goals concédés pour 0 but encaissé ! Pour rappel l’article paru il y a trois matchs en partenariat avec sportaecaen.fr.

 

Pourquoi Nantes et Caen sont des faux jumeaux ? 1ère étape : un bloc équipe bas, compact et efficient

Après 10 journées, Nantes est classé 3ème de Ligue 1 et au regard de nombreux indicateurs, on serait tenté de parler de miracle ou a minima de magie.

Nantes a adopté un plan de jeu rappelant les plus nostalgiques d’entre nous. En 2015, le Stade Malherbe détonnait avec le jeu le plus direct d’Europe et des fondamentaux qui ressemblent à ceux de Nantes version Ranieri.

Je vous encourage à lire cet article La méthode Ranieri version Canari de @rashgod_, qui a analysé le jeu nantais et qui corrobore mon point de vue.

Les facteurs clefs de succès de Nantes sont :

  • un bloc équipe bas et compact et efficient
  • où on laisse la possession de balle à l’adversaire,
  • mais une efficacité redoutable au regard de cette possession
  • grâce à son jeu rapide et vertical.

Sur ce post, je me suis intéressé au premier facteur en comparant les performances nantaises aux performances caennaises.

1ère étape : Le bloc équipe bas et compact et efficient

Côté efficience, Nantes a encaissé 7 buts pour 128 tirs subis soit 1 but encaissé tous les 18 tirs (#1er en ligue 1).

Caen est également très bon dans ce domaine et n’a encaissé que 8 buts pour 95 tirs subis (#1er en ligue 1) soit 1 but encaissé tous les 12 tirs.

//Nantes sort vainqueur de ce duel car qualitativement la dangerosité des occasions concédées est moindre : 0,08 expected goals par tir contre 0,10 pour Malherbe

Afin de juger du positionnement du bloc équipe, j’ai comparé le positionnement moyen des joueurs depuis le début de la saison. J’ai volontairement mis de côté les deux premières journées de ligue 1 pour le Stade Malherbe afin de ne pas fausser les résultats (changement de dispositif à partir de la troisième journée).

Les constats :

  • Les défenseurs centraux nantais sont plus proches ;
  • Les milieux axiaux nantais sont plus proches ;
  • Les défenseurs centraux nantais sont plus proches de leurs milieux axiaux ;
  • ces quatre joueurs sont plus bas à nantes ;
  • le défenseur gauche nantais est plus bas ;
  • les milieux offensifs nantais sont moins écartés ;

//Visuellement, l’objectivation par la carte du positionnement moyen des joueurs atteste l’impression d’un bloc nantais dense et bas permettant une excellente couverture des espaces là où le positionnement des joueurs du SMC est plus diffus

De quoi faire réfléchir le stade Malherbe ?