Caen doit-il changer ses principes de jeu ? L’exemple toulousain

Lors du dernier match face à Marseille, Patrice Garande a choisi de modifier son dispositif tactique. Échaudé par la faible animation caennaise lors de la réception de Lille, Patrice Garande avait déjà changé d’approche à Bordeaux avec un milieu en diamant.

trou.png

Face à Marseille, le coach caennais a opté pour le fameux 1-4-1-4-1 : 1 gardien, 4 défenseurs, 1 milieu défensif, 4 milieux et 1 attaquant. « Fameux » car c’est ce dispositif  qui a fait les beaux jours caennais lors des saisons 2014/15 et 2015/16.

Caen avait fini respectivement 13ème avec 46 points et 7ème avec 56 points. Sur l’année civile 2015, le bilan est de 61 points, ce qui le classe 5ème de ce championnat virtuel :

Classement Ligue 1 année civile 2015 :

clas.png

Avec un peu d’imagination, Caen aurait pu être repêché et joué l’Europa League selon les vainqueurs des coupes nationales !

Du jamais vu sous l’ère Garande. La preuve avec le graphique ci-dessous qui représente les points ELO du SMC depuis son intronisation :

elo.png
La méthode Elo est une bonne méthode pour juger de la performance des clubs et des nations. C’est d’ailleurs cette dernière qui est utilisée pour le classement FIFA féminin 

Fraîchement promu, le stade Malherbe étonnait son monde par son identité et ses principes de jeu : un bloc bas, compact qui à la récupération usait d’un jeu de transition direct et rapide aboutissant souvent à des actions chaudes.

Le 1-4-1-4-1, outil de cette philosophie 

Le onze type en 2014/15 et 2015/16 :

 

 

La réussite du 1-4-1-4-1 réside pour beaucoup dans le profil des milieux et de l’attaquant.

On dit souvent que ce système est défensif et que l’attaquant axé est fort esseulé. Il est bien vrai que sur le schéma il représente la seule et unique arme offensive. Il en est tout autre en réalité. La relation latéral-excentré existe afin d’obtenir des combinaisons sur les côtés et d’obtenir des centres. Encore faut-il avoir de la présence devant le but (cela vous rappelle quelque chose ?).

« La tactique, c’est l’art de coordonner l’action de chaque joueur afin d’atteindre un objectif, objectif de jeu avant celui de résultat. La philosophie, ou plus simplement la conception du sport, induit des principes de jeu qui se traduisent par des choix tactiques qui mettent en application ces principes. L’équipe doit être une : unité de pensée d’abord puis unité d’action dans laquelle chaque joueur connaît son rôle et celui de ses partenaires pour une harmonie et une efficacité maximales. La tactique dépasse très largement le choix d’un dispositif. » Christian Gourcuff

Aujourd’hui, le 1-4-1-4-1 a disparu (à l’exception du match face à Marseille) mais pas l’identité de jeu caennaise prônée par Patrice Garande. À l’heure où beaucoup critique l’animation du plan de jeu caennais (trop défensif, trop de centres, pas d’actions qualitatives…), il est intéressant de regarder dans le rétroviseur de la ligue 1 et de s’intéresser au club de ligue 1 qui avait les mêmes principes de jeu et qui a mué pour une vision plus offensive sans changer d’entraîneur : le Toulouse d’Alain Casanova.

Le téfécé, comme malherbe

Afin de détecter un clone de Malherbe en terme d’identité de jeu, j’ai recherché les potentiels clubs qui avaient eux aussi utilisé le système 1-4-1-4-1 de manière durable. Depuis la saison 2005/06, 581 compositions de départ ont été planifiées selon le 1-4-1-4-1. Toulouse est l’équipe qui a le plus utilisé le 1-4-1-4-1 avec 88 compositions de départ, le deuxième club étant le Stade Malherbe de Caen avec 78 matchs.


Je me suis donc intéressé à l’histoire toulousaine du 1-4-1-4-1 ainsi qu’à l’homme qui a instauré ce schéma : Alain Casanova, entraîneur des violets durant sept saisons de 2008 à 2015. Longtemps dans l’ombre au sein du TFC, j’ai découvert un entraîneur qui gagne à être connu notamment par son approche globale du football professionnel qui est éloignée des codes et standards français.

La périodisation tactique

Alain Casanova est le premier spécialiste français de la périodisation tactique, méthode révélée par Mourinho lorsqu’il coachait le FC Porto et aujourd’hui développée par tous les tops entraîneurs (y compris Guardiola).

La paternité de la périodisation tactique revient au professeur Victor Frade, directeur du développement méthodologie du Fc Porto et professeur d’université.

Pour les néophytes, la périodisation tactique est une approche globale de la dynamique du jeu où l’on cherche à améliorer tactiquement le projet de jeu, le système et l’organisation de l’équipe en responsabilisant le joueur. C’est un système d’entraînement complexe visant à développer le projet de jeu appelé « modèle de jeu » lors de chaque séance tout en intégrant les facteurs présents lors d’un match à savoir :  le physique, la tactique, la technique et le mental. En plus de cette interaction, l’entraîneur doit avoir en tête un modèle de jeu bien défini qui va permettre de créer des certitudes chez ses joueurs.

L’objectif unique commun est de donner à l’équipe les moyens de gagner en permettant à tous les joueurs de lire le jeu de la même manière, de répondre collectivement aux problèmes posés par l’adversaire. A partir de ses idées de jeu et des caractéristiques individuelles des joueurs, des grands principes, des sous-principes et des sous-sous-principes vont être choisis et développés.

Grand-principe.png

Les relations tactiques entre tous les éléments de l’équipe sont travaillées à travers le moindre jeu, exercice ou situation à l’entraînement : Toros, jeux de position…

La périodisation passe par une planification accrue de ces séances de la part du staff. Les joueurs savent dès le lundi ce qu’on attend d’eux pour la semaine à partir d’éléments pédagogiques sur le terrain et en dehors notamment par la vidéo ou les stats.

Les joueurs développent des réflexes et des repères indispensables pour dominer tactiquement le match et comprendre le sens de leur travail. Une méthodologie qui a créé des monstres collectifs et tactiques qui subliment les individualités par le collectif : ce sont le FC Porto de José Mourinho ou l’Atlético Madrid de Diego Simeone.

La périodisation est donc un moyen d’acquérir un modèle tactique où les joueurs sont tactiquement conscients.

56-site2.jpg

Alain Casanova s’appuie sur cette méthode et va très rapidement fédérer et imposer sa patte au TFC en instaurant une identité de jeu assez marquée : le TFC privilégie la défense avec un bloc équipe compact côté ballon fermant tous les espaces entre le milieu et la défense. Les milieux répètent les courses et tentent d’éviter toute prise de vitesse adverse et empêcher tout reversement de jeu. A la récupération, on compte sur un jeu de transition rapide où le seul attaquant aligné doit être mobile et se rendre disponible. L’attaque toulousaine vise le pragmatisme avec une activité offensive passant principalement sur les côtés. Une identité qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celle du Stade Malherbe de Patrice Garande. Le profil de Santini semble en revanche éloigné ce qui peut expliquer que les performances sont aujourd’hui moindres.

Les joueurs du TFC sont des joueurs avec un gros volume athlétique pour s’imposer dans les duels et assurer un bon niveau de pressing : Capoue, Sissoko…

La première saison de Casanova est une réussite. En 2008, on ne parle pas encore d’utilisation du 1-4-1-4-1. Casanova opte pour un 1-4-3-2-1. Les trois milieux devant la défense sont Siriex-Capoue-Sissoko. Gignac est aligné en pointe. Toulouse terminera à la quatrième place de la Ligue 1 et se qualifie ainsi pour l’Europa League. Une saison presque parfaite à une élimination près en demi-finale de Coupe de France au Stadium contre Guingamp. Elle terminera meilleure défense avec 27 buts encaissés, 7ème attaque avec 45 buts inscrits. Gignac termine meilleur buteur avec 24 buts soit 53% des buts toulousains.

La belle histoire ne se répétera pas. Toulouse termine 14ème un an plus tard tout en restant meilleure défense, puis lors des saisons suivantes son classement oscillera entre la 8ème et 10ème place (8e, 8e, 10e, 9e). Un classement final honorable pour le 12ème budget de ligue 1.

C’est lors des saisons 2011/12 et 2012/13, où l’on observe plus fréquemment le 1-4-1-4-1 avec Capoue en sentinelle devant la défense. Ce dernier est à son aise dans un rôle de milieu récupérateur technique.

« Quand on a commencé il y a quatre ans, on a mis en place un système en place par rapport aux profils qu’on avait. Si il n’y avait pas Capoue, je pense que ce système-là n’aurait pas existé. »  Alain Casanova, tfc.info

Le facteur clé de succès d’un dispositif tactique réside toujours dans le profil des joueurs dont un coach bénéficie. L’ancien coach du TFC reconnait que sans Capoue, le 1-4-1-4-1 n’aurait pas existé. Il est certain également que sans milieu sachant jouer en profondeur, sans attaquant rapide ou mobile, ce dispositif ne permet pas de réaliser de bonnes performances. Au mieux, elle permet d’espérer d’accrocher un clean sheet. De quoi donner réflexion au SMC.

Usé, le jeu du TFC est devenu très prévisible au fil des saisons. Lors de la 35e journée de la saison 2012-2013 (4 mai 2013) et alors que le TFC n’a plus gagné à domicile depuis la 21e journée (19 janvier 2013), Alain Casanova prépare la saison suivante et surprend les observateurs en changeant son schéma tactique : il passe du 1-4-5-1 réputé peu offensif et centré sur Etienne Capoue (alors sur le départ) pour un 1-3-5-2 inédit et offensif. Ce changement se traduira par 3 victoires sur les 4 derniers matchs de la saison et le nouveau système deviendra le système de base pour les saisons à venir.

La motivation de cette décision, Alain Casanova la justifie par un mélange de conviction personnelle, d’optimisation du potentiel de son effectif et d’identification aux principes d’une autre équipe : la Juventus Turin.

Selon ses dires, l’équipe toulousaine jouait de plus en plus avec la volonté d’avoir le ballon, avec des joueurs qui participaient davantage notamment les latéraux. À la perte de balle, Toulouse était souvent fragilisée. Le jeu de position n’était pas assez performant. Les lignes étaient étirées. Ils étaient trop vulnérables sur leur transition défensive. Enfin, Alain Casanova avait la conviction que Wissem Ben Yedder était bridé. Il avait pourtant marqué 15 buts en ligue 1 la saison passée mais il pensait qu’il pouvait apporter plus dans un système à deux attaquants.

L’aventure du 1-4-1-4-1 au TFC venait de s’achever. Elle aura permis de mettre en lumière des joueurs bientôt renommés tels que Moussa Sissoko, Etienne Capoue, Franck Tabanou, Aymen Abdennour, Serge Aurier et Wissam Ben Yedder.

La saison suivante, avec un nouveau plan de jeu plus offensif, Toulouse terminera 9ème en 2013/14. Mais la saison 2014/15 sera la dernière pour Alain Casanova. Il se fera limoger en mars 2015 alors que Toulouse est relégable. Le bilan des années Casanova à Toulouse est le suivant : 298 matchs, 108 victoires (36%), 80 nuls (27%), 110 défaites (37%).

On peut se poser la question de la pertinence de la modification des principes de jeu du TFC avec le recul car aujourd’hui, les performances toulousaines sont très éloignées des performances de l’ère Casanova. En reniant ce qui avait fait le succès du club entre les saisons 2008 et 2013, Toulouse s’est mis en difficulté. Et si Casanova justifie sa nouvelle approche par une mutation déjà entamée, on peut se demander s’il n’a pas succombé à la pression extérieure qui raillait son équipe jugée trop défensive comme l’explique l’article ci-dessous :

be.png

Des similitudes avec Caen

Patrice Garande essuie les mêmes critiques que celles de Casanova à l’époque : prévisible, rigide, peu moderne, défensive… et l’envie des fans de voir modifier le plan de jeu n’a jamais été aussi forte.

Pourtant modifier son identité de jeu lorsqu’elle est aussi marquée que celle de Caen ou Toulouse n’est pas sans risque. Le SMC (et ses fans) aurait tout intérêt à se pencher sur cette expérience toulousaine et de mesurer l’impact que pourrait avoir un tel changement puisque Caen possède la même identité de jeu aujourd’hui que celle du TFC en 2012/13.

Même s’il semble peu probable que Patrice Garande modifie ses principes de jeu en-cours de saison, son éventuel départ fin juin posera la question de la modification de la philosophie de jeu avec l’arrivée d’un remplaçant car il existe beaucoup trop d’échecs industriels récents l’illustrant : Saint-Etienne avec Garcia et son approche cruyffiste, Lille avec Bielsa…

Et en même temps, on peut se demander si les derniers recrutements ne vont pas forcer volontairement ou non à cette modification de principes de jeu. Peeters, Repas, Stavitski ne semblent pas être les profils idéals pour un jeu défensif, athlètique où on recherche une hyperverticalité. Caen serait il en train de préparer un retournement ? TRUST THE PROCESS ?!

En attendant, le débat passionné sur le meilleur dispositif à utiliser pour le SMC au regard de son identité de jeu demeure. Mais comme toujours, l’important ce n’est pas le système mais l’animation.

tw.png

Sources

http://www.football-lineups.com

http://www.tfc.info/saison-2011-2012

https://www.lesviolets.com/

http://www.poteaux-carres.com/article-C5920160113213335-4-4-2-ou-4-1-4-1.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Classement_Elo

Vestiaires magazine, n°56

Comment regarder un match de foot

http://entrainementfootballpro.fr/introduction-a-la-periodisation-tactique

http://yourzone.beinsports.fr/football-toulouse-la-revolution-3-5-2-48649/

Auteur : statmalherbe

Fanalyste surcoté sublimant les zéro-zéro pour y voir de belles choses, comme pastis. Je suis un génuflecteur de la construction en u vers l'extérieur sans pénétration axiale du SMC. On me dit souvent que je suis pédant quand je m’excuse d’être pédant. Oui, parce que je parle comme un vieux avec des expressions de vieux alors que je suis né le même jour que Jean Calvé (qui a un prénom de vieux)

Une réflexion sur « Caen doit-il changer ses principes de jeu ? L’exemple toulousain »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s