Rennes a-t’il eu raison de licencier Christian Gourcuff et Philippe Montanier ?

Le 30 septembre dernier, le stade malherbe revenait du Roazhon Park avec les trois points, enfonçant Rennes dans une crise sportive mais aussi crise de gouvernance. Rennes est alors 15ème avec un bilan d’1 victoire, 3 nuls et 4 défaites.

Christian Gourcuff est sous le feu des critiques. Fans et médias s’en donnent à cœur joie. Le technicien breton est jugé trop rigide et passéiste avec son immuable 1-4-4-2.

Piqués au vif, les rennais se réveillent au mois d’octobre avec 4 victoires et 1 défaite. Mais le destin du coach est lié à celui du président Ruello. Ce dernier démissionne le 3 novembre au soir de la victoire face à Bordeaux ne supportant pas d’être un président non exécutif. Son successeur, Oliver Letang limoge Christian Gourcuff quelques jours plus tard pour le remplacer par un quasi novice : Sabri Lamouchi.

Si les chiffres ne peuvent être les seuls juges de paix, leur analyse peut confirmer ou infirmer le diagnostic de la gouvernance qui envisage une séparation avec son entraîneur. Et Rennes est une bonne étude de cas car depuis deux ans, Rennes a connu quatre entraîneurs différents avec deux remplacements en cours de saison.

Pour juger de la pertinence du licenciement d’un entraîneur, les expected goals nous permettent d’évaluer objectivement la performance d’un club. En effet, l’étude des expected goals permet de mettre en exergue la capacité d’une équipe à performer sur le long terme, et dans le cadre d’un changement d’entraîneur, cela permet de répondre aux questions suivantes :

  • le club a-t-il bien fait de remplacer son entraîneur
  • et l’a-t’il fait au bon moment ?

Le graphique ci-dessous présente le suivi des expected goals nets, c’est-à-dire la différence entre les expected goals créés et les expected goals concédés. Pour lisser la volatilité et dégager une tendance, j’ai utilisé une moyenne mobile sur 10 matchs :

xgnet

Au regard de ce graphique, il est intéressant d’observer les performances pré et post départ d’entraineur.

Philippe Montanier licencié en étant sixième

Philippe Montanier a été licencié au soir d’une défaite en coupe de France face à Bourg en Bresse alors que Rennes était sur une bonne dynamique avec 1 seule défaite durant ses 10 derniers matchs de Ligue 1. Mais les performances des mois de septembre et octobre avait été moribonds : 2 victoires, 7 nuls, 2 défaites. C’est notamment la fragilité défensive qui était mis en cause passant d’une moyenne de 0,8 expected goals à 1,4 en dix journées. Le parcours à domicile ne plaidait pas non plus en faveur de l’ex coach valenciennois.

L’entraîneur est arrivé en Ille et Vilaine en mai 2013 avec une belle réputation. Son parcours linéaire et progressif enthousiasme les fans. Ses réussites à Boulogne sur Mer, Valenciennes puis la Real Sociedad plaident pour lui. A l’époque on comparait même le jeu valenciennois à celui de Barcelone.

Mais les suiveurs rennais pensent avoir été abusés. Le travail de Philippe Montanier n’est pas apprécié. La défaite en finale de coupe de France en 2014 contre Guingamp a laissé des traces.

L’avenir de Philippe Montanier s’inscrit en pointillé avec l’arrivée de Roland Courbis comme conseiller sportif le 12 janvier 2016. Personne n’est dupe.

569f607f6fd36a9bf5000001

Et dix jours plus tard, Courbis sera nommé entraîneur principal alors que la dynamique est bonne. Rennes est alors sixième du classement… Roland Courbis surfe sur la vague jusqu’en avril : 6 victoires, 2 nuls et 3 défaites. Puis, les joueurs rennais vont saboter leur fin de saison en engrangeant seulement 1 point lors des six dernières rencontres. Ils finiront 8ème derrière les caennais.

Christian Gourcuff licencié en étant dixième

Christian Gourcuff revient à Rennes en mai 2016 après un premier passage en 2001-2002. Son arrivée était pressentie depuis plusieurs mois. Lui qui avait encore en travers de la gorge son éviction en 2002, semble vouloir boucler la boucle et conduire un projet inachevé. Alors que plusieurs offres lui sont proposées, il opte pour le projet rennais car il pense pouvoir s’investir à 100% dans un climat relationnel serein.

Christian Gourcuff est une personnalité très inspirante pour les passionnés de tactique et apprentis entraîneurs. L’entraîneur breton ne partage pas l’idée du résultat à tout prix. La qualité de jeu est le principal objectif car c’est lui qui conditionne les victoires. A Lorient et ailleurs, il s’est toujours focalisé sur les moyens d’atteindre une ambition de jeu très élevée base du plaisir.

« Le FCL s’efforcera toujours de soigner la manière par respect des joueurs, du public et du football, à l’extérieur comme à domicile. C’est la seule façon de progresser. La recherche du résultat à tout prix c’est la mort du football »

A Rennes, pour atteindre cet idéal, Christian Gourcuff va de nouveau déployer un schéma tactique en 1-4-4-2 à plat comme à Lorient. A ses yeux, c’est le seul système suffisamment rationnel pour occuper les espaces et pour la gestion des transitions défensives-offensives. Christian Gourcuff n’adapte jamais son dispositif selon l’adversaire. Il va en revanche prendre en considération les problématiques posées par l’adversaire pour y trouver des réponses avec le 1-4-4-2. Il prône les bases d’un jeu de mouvement, où l’équipe se déplace comme un seul homme. Un système où chacun se couvre mutuellement.

Esthète du football, inspiré par Sacchi, avec Lorient comme incubateur, l’entraîneur breton voulait inscrire ses convictions à Rennes. Pourtant l’histoire s’est répétée, Christian Gourcuff se fait licencier en novembre 2017.

Le début de saison lui sera fatal. Le duo Ruello-Gourcuff est fragilisé par une mauvaise entame en ligue 1. Et on connait tous la suite de l’histoire.

Les intérêts politiques l’emportent sur le projet de jeu

Les décisions de licencier Philippe Montanier et Christian Gourcuff ont toutes les deux été prises à des moments où l’équipe tournait bien, où une dynamique positive était en cours.

Si ces décisions paraissent injustes pour les coachs en question, elles ont le mérite de ne pas mettre en difficulté leur successeur. Sabri Lamouchi l’a très bien compris et n’est pas venu pour tout révolutionner. Cela commence par le 1-4-4-2 à plat qui continue sa vie même après le départ de Christian Gourcuff.

Philippe Montanier et Christian Gourcuff ont tous deux péché par naïveté et sont tombés à cause d’intérêts extra-sportifs. Tous les deux étaient éloignés d’une recherche de résultat à tout prix.

Leur vision semblait partagée par leur président mais pas par leur actionnaire majoritaire.

François Pinault, deuxième propriétaire d’un club de football le plus riche de la planète mais huitième budget de ligue 1, a appliqué ses convictions. Des convictions qui jusque là n’ont abouti à aucun titre…

Sources

http://statsbomb.com/2017/07/trend-ing-topics-how-basic-data-vis-can-show-incredibly-important-football-info/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Montanier

http://www.stade-rennais-online.com/Christian-Gourcuff-l-esthete.html

Comment regarder un match de foot ?

 

Auteur : statmalherbe

Fanalyste surcoté sublimant les zéro-zéro pour y voir de belles choses, comme pastis. Je suis un génuflecteur de la construction en u vers l'extérieur sans pénétration axiale du SMC. On me dit souvent que je suis pédant quand je m’excuse d’être pédant. Oui, parce que je parle comme un vieux avec des expressions de vieux alors que je suis né le même jour que Jean Calvé (qui a un prénom de vieux)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s