Amiens 3 – Caen 0, l’analyse du match, pas du score

Les matchs se suivent et se ressemblent pour le Stade Malherbe de Caen. Angers, Montpellier, Amiens et un même fil conducteur lors des trois dernières rencontres : Caen se saborde très rapidement avec un match plié en moins de 30 minutes.

Après le match de samedi, Caen n’a remporté qu’un seul de ses 12 derniers déplacements en restant muet à 9 reprises.

Les plans de jeu

Si le match opposait les deux équipes de ligue 1 affichant les plus faibles pourcentages de tirs cadrés en ligue 1, il opposait également les 2 équipes aux plus faibles pourcentages de passes réussies : 73,7% de passes réussies pour Amiens et 74,4% pour Caen.

Ce déchet s’explique par le jeu direct pratiqué par les deux équipes : Caen tente en moyenne 367 passes par match (dernier de ligue 1) pour une possession de 46,4% contre 376 passes et 46% de possession pour Amiens. Leur temps de possession est très court et le nombre de possessions par match est très important :

poss.png

Caen use en revanche de beaucoup plus de ballons aériens que son adversaire picard, et cela s’est vérifié samedi soir avec 52 ballons joués de la tête pour Malherbe contre 25 pour Amiens. Le profil d’Ivan Santini impose une animation offensive tournée résolument vers le jeu aérien et les seconds ballons depuis maintenant deux saisons.

Mais la trop faible projection des milieux caennais cette saison empêche une animation offensive plus performante (dernière attaque de ligue 1). Ces derniers matchs, la titularisation de Peeters semblait redondante avec celle de Féret : des relanceurs-passeurs sans grande mobilité (box to box) et n’amenant pas de supériorité numérique. Le manque de présence des milieux dans la surface est une faiblesse trop souvent vue lors des centres caennais.

L’absence de mobilité sans ballons est également combinée à une absence de mobilité avec ballons. Malherbe n’a pas de joueurs capables de porter le danger avec le ballon et de jouer des 1v1. Les joueurs caennais dribblent seulement 13,1 fois durant un match (dernier de ligue 1).

Ces lacunes expliquent à mon sens les difficultés de l’animation offensive inscrite dans des principes de jeux où les joueurs caennais défendent bas et jouent la transition. Si lors de la saison 2014/15, la transition offensive caennaise était redoutable, c’était en grande partie liée à la mobilité et la projection de ces milieux. En 2014/15, Caen était quatrième meilleure attaque de ligue 1 avec un pouvoir d’élimination bien plus grand : 19,4 dribbles par match (quatrième de ligue 1).

Le match

Alors que la possession est amiénoise durant les 20 premières minutes (56%), les picards restent très prudents avec un circuit de passes dans leur tiers défensif contrairement aux caennais qui sont positionnés de manière médian :

circuit.png

On remarque la différence d’homogénéité dans les circuits avec un jeu amiénois mieux réparti sur la largeur alors que les passes caennaises se concentrent une fois de plus côté gauche avec notamment Bessat combinant avec Djiku et Deminguet. Le couloir droit a de nouveau été déserté durant toute la rencontre : 44% des ballons ont été joué côté gauche contre 30% côté droit.

Lorsque le ballon s’aventurait côté droit, on a souvent vu un renversement de jeu vers le côté gauche par manque de solutions côté droit. D’ailleurs le ballon perdu par Guilbert amenant le premier but amiénois est causé par l’absence de propositions données au porteur de balle.

Le positionnement moyen des joueurs caennais lors de la première période montre cette asymétrie :

IMG_0278.jpg

Durant ce début de match, Caen a trop usé de verticalité avec des passes horizontales collées à la ligne de touche gauche. On a observé une trop faible densité pour jouer les seconds ballons et une absence d’homme libre pour les troisièmes ballons.

L’absence d’Ait Bennasser est préjudiciable dans le jeu avec ballon car c’était lui qui endossait le rôle de premier relanceur en fluidifiant le jeu. En son absence, Julien Féret endosse ce rôle et se retrouve éloigné des seconds et troisième ballons.

Amiens a été très prudent durant ce début de match et a aspiré les caennais pour jouer sur leur point fort : la transition. A la 19ème minute, alors que les caennais bénéficient d’un coup franc, c’est Julien Féret qui effectue une passe latérale vers Sankoh (photo1). Sankoh court avec le ballon latéralement vers le côté droit (photo 2) et transmet à Guilbert. Guilbert élimine un adversaire (photo 3). Remarquez l’absence de propositions au porteur de balle (photo 4). Il n’a alors qu’un seul choix de passe : centrer alors qu’il est très éloigné de la ligne de but (le pourcentage de réussite est très faible dans ce cas). Il décide de jouer le 1v1 et le perd. Dès lors, c’est le basculement vers l’attaque pour les amiénois (photo 5). Alors que les joueurs caennais peinent à placer des joueurs dans la surface dans ces moments comparables, Amiens va être capable de positionner 4 joueurs dans la surface caennaise et marquer (photo 6). La différence de mobilité entre les deux équipes est criante.

1er but.png

Amiens, comme Montpellier, comme Angers… a une cartouche indispensable pour jouer la transition : la mobilité. Ce que Malherbe ne dispose pas ou plus du fait de passes qui parcourent trop de distance et de facto un temps de passes trop court incompatible avec la mobilité. La distance parcourue par les passes caennaises est en moyenne de 21 mètres (plus longue distance derrière Metz). En réduisant la distance des passes, Caen amènera de la densité près du porteur. Un problème d’espace et de temps comme toujours dans le football.

Il est injuste de taper sur les doigts de la défense caennaise sur ce premier but car c’est notre animation offensive qui a permis quelques secondes plus tard un centre adverse joué à égalité numérique. Amiens a parfaitement profité du déséquilibre caennais.

Sur le second but encaissé, Romain Genevois a évoqué un copier-coller du premier but montpellierain au micro de BeIn. Comme dimanche dernier, la densité axiale caennaise est court-circuitée de nouveau. Cette fois par un ballon long joué vers l’attaquant de fixation picard. Djiku perd son duel aérien. Sankoh-Deminguet sont en retard pour jouer le second ballon. La frappe de Monconduit se transforme en passe décisive pour Gakpé.

 

 

 

Et comme dimanche, le match est plié en trente minutes. Amiens recule et laisse l’initiative à Malherbe. 58% de possession durant la dernière heure de jeu. Comme face à Montepellier, coach Garande change de système et de joueurs mais le mal est fait.

Pire, Malherbe encaisse un troisième but sur une belle action initiée par Kakuta.

Caen va se créer des situations en fin de match, mais les problèmes de finition perdurent. Kouakou et Santini manquent de réalisme. 1,46 expected goals samedi pour 0 but inscrit ! 14,66 buts sont manquants cette année. Depuis le recensement de cette stat (saison 2014/2015), personne n’a fait pire.

Bref, les matchs se suivent et se ressemblent. Je vais bientôt pouvoir faire des copier-coller de mes analyses 😉.

Sources : 
SofaScore // understat // whoscored //cotestats.fr

 

Publicités

Auteur : statmalherbe

Fanalyste surcoté sublimant les zéro-zéro pour y voir de belles choses, comme pastis. Je suis un génuflecteur de la construction en u vers l'extérieur sans pénétration axiale du SMC. On me dit souvent que je suis pédant quand je m’excuse d’être pédant. Oui, parce que je parle comme un vieux avec des expressions de vieux alors que je suis né le même jour que Jean Calvé (qui a un prénom de vieux)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s