Comment battre le Paris Saint Germain ?

A match historique, défi historique.

Malherbe s’apprête à affronter un ogre, un ogre des matchs secs. 40 victoires consécutives en coupes nationales, 23 en coupe de France. Sa dernière défaite remonte au 22 janvier 2014 face à Montpellier en 16ème de finale de Coupe de France. Une éternité.

Et pour espérer retrouver le Stade de France, 13 ans après, il faudra stopper cette série et s’inspirer peut-être des 5 défaites du PSG cette saison : à Strasbourg, à Munich, à Lyon, et face à Madrid par deux fois. C’est d’ailleurs un motif d’encouragement, sur ces 5 défaites, 4 se sont produites à l’extérieur.

Pour illustrer ce défi, un tour sur les sites de paris en ligne permet de mesurer l’écart existant entre les deux équipes. Ainsi la victoire de Malherbe dans le temps réglementaire est côté à 13…

Autre illustration, les ELOs points. Malherbe totalise 1 481 points tandis que Paris en compte 1 904 soit un écart de 423 points…

Paris ne boxe pas dans la même catégorie et je pourrais continuer à descendre de nombreuses stats comme le nombre de buts marqués, encaissés… et se faire peur. Mais cet écart de classe peut être source de motivation car là où il y a de la crainte, il y a de l’espoir comme écrivait le philosophe Spinoza.

Oui, parlons philosophie, car le match de mercredi ne sera pas simplement un affrontement entre 22 joueurs. Ce sera avant tout une opposition de styles.

Thèse et Antithèse. Tout oppose Paris à Caen. Possession de balle, nombre de passes, % de passes réussies, duels aériens, nombre de séquences…

Les statistiques tendent à penser que la philosophie de jeu parisienne est un jeu de possession. Pourtant, Unai Emery ne voue pas un culte particulier à la possession de balle contrairement à Laurent Blanc par exemple. Bien qu’il y soit attaché, elle n’est pas primordiale. Le futur ex-entraineur du PSG préfère la notion de contrôle à la notion de domination. Une vision plus pragmatique que le courant de pensée guardiolesque.

Et mercredi, Paris contrôlera le ballon et le match. Jeu de contrôle face à jeu direct et vertical. Un jeu protagoniste face à un jeu réactif. Caen ne tiendra pas le ballon, défendra bas, et tentera de profiter de rares situations de déséquilibres pour jouer la transition.

C’est ce qui s’était passé lors du quart de final face à Lyon. On n’imagine mal Caen sortir de ce plan de jeu et se risquer à un pressing haut. L’expérience monégasque lors de la finale de la coupe de la ligue à montrer qu’il était difficile de gérer la profondeur face à Kylian Mbappé, notamment.

Pour maximiser ses chances de l’emporter mercredi, Caen devra contrôler son adversaire. Mais à la différence de Paris, son contrôle ne se fera pas avec le ballon, il se fera sans. Au diable le beau jeu, jouer au football n’est pas synonyme d’un jeu de passes.

Patrice Garande, dans son interview du 17 avril dans France Football, a expliqué ses convictions : « Nous, on ne peut pas gagner des matches si on n’a pas la bonne attitude, si on n’a pas envie de gagner les duels ou si on subit. » Les joueurs caennais ne doivent pas se préparer à subir. . Ils doivent se préparer à contrôler l’adversaire en fermant les espaces, en orientant le jeu de l’adversaire par leurs déplacements, en ciblant certains joueurs, en étudiant les faiblesses du jeu de passes parisiens. Il faut renverser la table, inverser le paradygme.

Le SMC pourra s’inspirer de José Mourinho qui est la référence du jeu sans ballon lors de confrontations à quitte ou double. Dans son livre, “The Special One: The Dark Side of Jose Mourinho”, le journaliste Diego Torres a défini les sept règles philosophiques de l’entraîneur portugais :

  1. Le match est remporté par l’équipe qui commet le moins d’erreurs
  2. Le football favorise celui qui provoque l’erreur chez l’adversaire
  3. À l’extérieur, au lieu d’essayer d’être meilleur que l’adversaire, il vaut mieux encourager leurs erreurs
  4. Celui qui possède la balle a plus de chances de commettre une erreur
  5. Celui qui renonce à la possession réduit donc ses chances de commettre une erreur
  6. Celui qui a le ballon a peur
  7. Celui qui ne l’a pas est de ce fait plus fort.

Mourinho ne gare pas un bus pour garer un bus. Le processus est bien plus complexe : « On prépare mieux un match quand on est conscient de nos propres faiblesses. Je dis à mes joueurs que pour moi, ce qui est beau, c’est de ne pas donner à nos adversaires ce qu’ils veulent. »

Une phrase à méditer donc par tous. Et peut-être qu’après le coup de sifflet final, Patrice Garande trouvera les mêmes mots que le technicien portugais après la demi-finale retour au Camp Nou en 2010 : “Ils peuvent garder le ballon. On va en finale.”

Sources :

https://www.90min.com/fr/posts/3393418-paris-saint-germain-unai-emery-sa-vision-ses-methodes-son-caractere

https://www.amazon.fr/Special-One-Dark-Side-Mourinho-ebook/dp/B00EXB7046

https://sport.sfr.fr/football/premier-league/le-plan-de-mourinho-heung-min-son-everton-et-guardiola-le-debrief-tactique-de-la-30e-journee.html

https://www.lequipe.fr/Football/Article/Bataille-sur-les-sorties-de-balle-coaching-gagnant-de-zidane-le-debrief-tactique-de-real-madrid-psg/876064

 

Auteur : statmalherbe

Fanalyste surcoté sublimant les zéro-zéro pour y voir de belles choses, comme pastis. Je suis un génuflecteur de la construction en u vers l'extérieur sans pénétration axiale du SMC. On me dit souvent que je suis pédant quand je m’excuse d’être pédant. Oui, parce que je parle comme un vieux avec des expressions de vieux alors que je suis né le même jour que Jean Calvé (qui a un prénom de vieux)

Une réflexion sur « Comment battre le Paris Saint Germain ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s